6 min 5 mois 1187

Samuel Gillioz Créateur horloger indépendant et fondateur de Kauri Watches

En quelle année es-tu rentré à l’école d’horlogerie et quelle fut ta motivation pour y rentrer ?

J’ai commencé en août 2008 avec l’envie d’apprendre et de travailler les matériaux pour créer des objets à la fois techniques et esthétiques. J’aime partir de la matière brute pour en faire les pièces les plus raffinées possibles.

Quelle formation as-tu faites ?

J’ai fais la formation d’horloger praticien sur 3 ans et ensuite j’ai poursuivi avec la formation de Technicien ES en microtechnique spécialisé en Construction horlogère.

Que retiens tu de ces années d’école, bonne ou mauvaise

Une excellente formation théorique et manuelle.
L’apprentissage et la mise en pratique de méthodes traditionnelles pour la fabrication de tous types de composants de la montre, ce que j’ai trouvé extrêmement intéressant.
J’ai beaucoup apprécié également les différents concours qui ont été proposés tout au long du cursus car très motivants et permettant de mettre en pratique ce que l’on apprenait en cours.

Vacheron Constantin Référence 57260

Après l’école qu’elle est ton parcours professionnel ?

  • Time Lab en tant qu’opérateur.
  • Dessinateur constructeur mouvement chez Vacheron Constantin chez « les Cabinotiers » et plus précisément dans l’atelier SPH1. Lorsque j’ai rejoint cet atelier en 2014, ils entamaient leur dernière année de fabrication de la montre la plus compliquée au monde, la Référence 57260.
  • KAURI Watches depuis juin 2019

Comment t’es venu l’idée de créer KAURI Watches

Depuis l’école d’horlogerie, je voulais créer une montre associant des matériaux différents.
J’ai très vite eu cette idée d’associer les bois précieux à la mécanique horlogère car je trouve que le bois est un matériau incroyable à travailler, toujours différent dans sa composition, et avec une histoire passionnante.
Le but était de concevoir une montre durable, se démarquant des standards que l’on connait de l’horlogerie mais tout en proposant un produit haut de gamme et avec un design combinant parfaitement l’habillage en bois et les parties en acier.

Le nom KAURI se prononçant « Kaori » vient du plus vieux bois disponible sur terre. C’est des matériaux les plus exclusifs au monde, les morceaux que j’utilise ont entre 30 000 et 50 000 ans.

Quelles ont été les difficultés à résoudre pour créer ta marque/tes montres

Le chemin est long, il faut beaucoup de motivation, de détermination et surement un peu de folie.
J’étais bien installé dans un atelier de pointe au sein de la plus vieille maison horlogère et j’ai décidé de quitter ce confort pour me lancer dans l’inconnu en devenant indépendant.
Je n’ai aucun regret car ces trois dernières années ont été plus qu’enrichissantes même s’il est vrai que les difficultés font partie du chemin. Être indépendant signifie une remise en question permanente, de se former sur de nombreux domaines plus ou moins éloignés de l’horlogerie, et ainsi de sortir de sa zone de confort que l’on a créée à l’école et dans ses précédents emplois. Ce n’est en effet pas le tout d’avoir une idée et de créer une montre, il faut pouvoir l’expliquer, transmettre les émotions, la passion que l’on a mise dans son travail aux futur acquéreurs, et ce ne fut pas la partie la plus facile pour moi!

Si tu devais donner un conseil aux apprentis et jeunes horlogers actuels

Avoir le désir d’apprendre, la curiosité de tout et pas seulement horlogère car souvent beaucoup de domaines sont liés.
L’horlogerie est un domaine magnifique, c’est un mélange de technicité, de créativité et de raffinement. Selon moi, il est important de se former aux savoir-faire ancestraux pour les faire perdurer, mais ne pas hésiter d’essayer de les faire évoluer.

Faire ce qu’ils les passionnent et ne pas avoir peur de prendre des chemins moins classiques, de bousculer les codes, mais ceci tout en respectant les savoir-faire horlogers.

Merci à Samuel pour sa disponibilité et d’être le « cobaye » de cette toute nouvelle rubrique que j’espère longue

Pour en savoir plus : Kauri Watches

Eric Cosandey